Situé en Crimée, sur les bords de la mer Noire, ce camp existe depuis 1925. C'est là que se donnait le spectacle de la réussite du régime communiste : le centre fut l'exemple de ce que l'URSS offrait à ses enfants. Si les séjours à Artek constituaient un des moments forts de la vie de pionnier, ils demeurent aujourd'hui encore une expérience forte dans la vie d'un jeune adolescent. Chaque année, près de 4 500 enfants viennent séjourner dans ce que le directeur revendique comme un « oasis de communisme dans un océan de chaos ». Preuve qu'une part de l'idéologie de base subsiste, entre les grandes célébrations du passé et les incertitudes actuelles. Aujourd'hui, le coût d'un séjour de trois semaines à Artek revient à six mois de salaire moyen en Russie. Claudine Doury s'est rendue à quatre reprises à Artek. Depuis 1993, elle saisit ce qui fait la singularité de ce lieu, en même temps qu'elle pose un regard empreint d'un profond respect, mêlé à de la fascination, pour cet âge vulnérable. L'uniforme a disparu, l'aspect idéologique a été gommé autant que possible, mais tout ce qui singularise l'adolescence demeure : instants de solitude, de fragilité, métamorphose du corps, découverte de l'autre, jeu de la séduction. 

Depuis l'éclatement de l'URSS, beaucoup de choses changent ou disparaissent en ex-Union soviétique. Pourtant, Artek, le plus célèbre des camps de vacances pour jeunes adolescents, symbole exemplaire de l'ère soviétique, est toujours là, comme dernier bastion de l'idéologie communiste.

Artek : Un été en Crimée - Claudine Doury

120,00 €Prix
  • 9782732431215