De ses illustrations pour Nadja d'André Breton, en passant par Le Gros Orteil ou Les Mouches publiées dans la revue Documents de Georges Bataille, le photographe Jacques-André Boiffard (1902-1961) a offert les images parmi les plus emblématiques de l'iconographie surréaliste. Bien que restreinte en temps et en nombre, son oeuvre révèle en creux, tout autant que sa trajectoire intellectuelle et idéologique, les tensions traversant le mouvement d'avant-garde. 
Boiffard a été un témoin discret mais actif de l'aventure surréaliste signant par exemple, aux côtés de Paul Eluard et de Roger Vitrac, la préface du premier numéro de La Révolution surréaliste. S'il ne s'illustre que tardivement comme photographe après plus de quatre années passées dans l'ombre de Man Ray, Boiffard a cherché à amalgamer dans sa propre pratique du médium la subversion, l'étrangeté et l'onirisme, toujours avec intransigeance et obsession analytique. 
Membre de la première heure du mouvement, complice de Pierre Naville et de Simone Breton-Collinet, élève de Man Ray et enfin, compagnon de route du photographe d'avant-garde Eli Lotar, Boiffard demeure encore aujourd'hui une figure mystérieuse que l'ample fortune critique générée par son corpus n'a pas suffi à désépaissir. "[...] Que ceux d'entre nous dont le nom commencent à marquer l'effacent. Ils y gagneraient une liberté dont on peut encore espérer beaucoup [...]", écrivait Paul Nougé à André Breton en 1929. 
Boiffard semble avoir pris à son compte l'injonction du leader surréaliste belge en parant d'un voile opaque sa destinée fulgurante, sensible et intrigante qui reste aujourd'hui à exhumer.

 

Sur l'auteur:

Conservateur au Musée national d'art moderne - Centre Pompidou depuis 2007, Clément Chéroux dirige le Cabinet de la photographie. Historien de la photographie, et docteur en histoire de l'art, il a publié notamment L'Expérience photographique d'August Strindberg (Actes Sud, 1994), Fautographie, petite histoire de l'erreur photographique (Yellow Now, 2003) ou encore Vernaculaires, essais d'histoire de la photographie (Le Point du jour, 2013). 
Il a été commissaire de nombreuses expositions comme Le Troisième oeil. La photographie et l'occulte à la Maison Européenne de la photographie (2004), La Subversion des images : surréalisme, photographie, film au Centre Pompidou (2009) et dernièrement Henri Cartier-Bresson et Paparazzi.

Jacques André Boiffard,La parenthèse surréaliste

40,00 €Prix
  • 9782365110532